GROSSE COLERE à l’annonce ce matin sur BFMTF du nombre de morts (chiffre provisoire ?) 1416 décès dans les EHPAD si j’ai bien oui ! (mis à jour le 06-04-2020 11:49

Il y a eu quelques problemes de traiment de texte et mis en page lors première éditio !

Public

GROSSE COLERE à l’annonce ce matin sur BFMTF du nombre de morts (chiffre provisoire ?) 1416 décès si j’ai bien oui ! Info à confirmer par lien web

En colère contre cette désinformation massive de #Macron et #Philippe Recenser les décès des personnes dans les EHPAD ???

Un site internet de merde en opensource avec cms sgbd

Un site internet de merde en opensource, les emails des ephad, une mailinglist et basta Avec des stagiaires ( auditeurs ! ) cnam ou université avec aide benevole petite ssii genre free pour exemple Allez même avec un kisskkiss machin pour financer …

Promis, je suis vraiment en colère de votre mépris de ma citoyenneté

Rassurez vous : je vais aller voter et mettrai pas le choix de nom candidat sur la place publique #memoriesmars2020

Rassurez vous ! Je suis aussi scandalisé par l attitude discrète de tous les tenors des partis politiques progressistes qui ferment leurs gueules devant les atteintes aux droit de travail, aux libertés de circulation, aux finances publiques en votant à l’unanimité vos réformes ( le mot est joli ), lois et décrets d’urgence !!!
Urgence car vos attitudes d’autruches politiques ( municipales )et de tortues financières ( business pharmacie santé labo ) y ont salement contribué !


Urgence car vos attitudes d’autruches et de tortues y ont salement contribué !

Promis, je suis vraiment en colère de votre mépris de ma citoyenneté

Rassurez vous : je vais aller voter et mettrai pas le choix de nom candidat sur la place publique #memoriesmars2020

Ps: pour les voyeuristes facebookiens : indication sur mon vote, j’ai toujours eu le coeur à gauche et un respect de la république : liberté, égalité, fraternité! Cà vous suffira !


Mais le nombre de morts dans la rue c’est pas des statistiques …

TOUT EST NORMAL !

Et M… PMais le nombre de morts dans la rue c’est pas des statistiques …arfois je me demande si je n aurais pas honte d’être un élu(e) politique devant mon inefficacité devant la misère ici et maintenant en France

Pour mémoire dates :

appel Abbé Pierre 1954,Mais le nombre de morts dans la rue c’est pas des statistiques …

création Resto de Coeur 1985.

Plus un sdf dans les rues !!! Allons soyons zen, réformiste et compréhensif : plus un sdf avant la fin de votre mandat présidentiel ??? Un truc facile pourtant Non ?

Parait selon OFCE que les pauvres seraient encore désavantagés au niveau de leur revenus …

Encore des chiffres on est ok

Mais le nombre de morts dans la rue c’est pas des statistiques …

Une mort c’est une mort !

 

http://www.leparisien.fr/societe/612-sdf-sont-decedes-en-france-en-2018-ils-avaient-moins-de-50-ans-en-moyenne-29-10-2019-8182404.php?utm_campaign=facebook_partage&utm_medium=social&fbclid=IwAR3g5VxWOsNXv3E1Y-IBVTLTtZUdThIgCYHbCN6uFGu8yCYcgHFRYeKjIkg

cropped-perceptibles-gdmont-bann-2000x701-3.jpg

 

 

 

 

« L’image d’un Chili paisible à l’économie néo-libérale stable s’est au fil du temps fissurée. »

 »

« Nous sommes en guerre contre un ennemi puissant, implacable », a déclaré dimanche 20 octobre le président chilien, Sebastian Piñera. Couvre-feu, état d’urgence, déploiement de militaires dans les villes, le Chili a brutalement basculé depuis trois jours dans un climat de violences. Après la mort d’au moins 11 personnes lors d’affrontements et d’incendies criminels, les autorités ont drastiquement durci le ton. Pourquoi la colère gronde-t-elle dans ce pays d’Amérique latine pourtant réputé calme ? Les raisons sont aussi multiples que profondes.

Le mouvement de contestation est parti des lycéens et des étudiants il y a deux semaines à Santiago avant de s’étendre à d’autres villes du pays en raison de la hausse du prix du titre de transport. Mais selon Franck Gaudichaud, politologue à l’université de Grenoble et spécialiste du Chili, les racines du mal sont plus profondes. « Il s’agit en fait d’un ras le bol accumulé sur un ensemble de mesures et de problèmes sociaux autour de la santé, des transports, de l’éducation ou des retraites, explique l’observateur à France 24. C’est aussi l’héritage maudit de la dictature Pinochet qui continue à peser sur le Chili. »

« Un pays inégalitaire »

L’image d’un Chili paisible à l’économie néo-libérale stable s’est au fil du temps fissurée. Certes, le revenu annuel moyen par habitant au Chili, de plus de 20 000 dollars, est le plus élevé d’Amérique latine. Mais « c’est surtout le pays le plus inégalitaire de la région, oublie-t-on souvent de mentionner, révèle le spécialiste. Un Chilien sur deux vit avec moins de 480 euros par mois. Quand on sait que le prix d’un ticket de métro est d’un euro, on comprend à quel point il est compliqué de vivre au quotidien pour la moitié d’entre eux. »

 »

in

 

https://www.france24.com/fr/20191021-emeutes-chili-raisons-gronde-sebastian-pinera-manifestation

 

cropped-soleil-l-kercambre-1.jpg